LynxTogo.info

LynxTogo

ReDéMaRe : Trois économistes de renom donnent raison à Sama Essohamlon

 

Enquête sur le modèle d’économie sociale proposé par Sama Essohamlon ReDéMaRe, un système viable qui réduit la pauvreté, selon un groupe d’experts

Sama Essohamlon est en prison depuis sept (07) mois, non pour avoir été cité dans la fameuse affaire d’atteinte à la sûreté de l’Etat ou dans une affaire de viol, comme l’ancien patron du Fonds monétaire international (Fmi) Dominique Strauss-Kahn. Il lui est reproché d’escroquer les Togolais par la structure qu’il a créée en 2008, le Réseau pour le Développement de la Masse sans Ressource (ReDéMaRe). Où trouve-t-il l’argent pour payer les adhérents avec autant d’intérêt ? Quel investissement lui rapporte-t-il autant pour rembourser les épargnants à vie ? C’est un système de Ponzi. Essohamlon, c’est le Madoff togolais. Voilà les griefs qui sont portés contre lui, des arguments qui ont légitimé l’intervention de l’Etat, qui argue vouloir protéger les populations. Le Monsieur a été arrêté, sa société fermée et les adhérents remboursés. Et pourtant le produit proposé n’était pas aussi nocif comme on le faisait croire. Mieux, le système est viable et participe énormément à la réduction de la pauvreté

Ce ne sont pas des allégations de journaliste, mais les conclusions d’une étude entreprise par des experts togolais en économie, professeurs d’université sur le modèle d’économie sociale de marché commun proposé par M. Sama Essohamlon, et précisément sur sa solvabilité sur le long terme et son impact sur la réduction de la pauvreté au Togo. Le rapport de l’étude a été présenté hier au public. C’était à la FOPADESC à Agoè-Nyivé.

L’étude a été conduite par un trio d’économistes, le Professeur Aimé Tchabouré Gogué et les Docteurs Couchoro Mawuli et Soddokin Koffi, sous le parrainage du cabinet d’expertise PALM’S (Programme d’Analyses, Leadership, Management et Stratégies), qui regroupe en son sein une équipe de consultants. Elle a concerné cinq cents (500) ménages et cinquante (50) entreprises répartis sur l’ensemble du territoire togolais ayant adhéré à ReDéMaRe. L’objectif est d’analyser les impacts de ses activités sur la pauvreté des ménages au Togo, sur la rentabilité des entreprises clientes et s’interroger sur la solvabilité à long terme du système en répondant si oui ou non, ReDéMaRe est une autre pyramide de Ponzi.

« Le pouvoir d’achat des ménages a augmenté pendant la période d’adhésion et a chuté après la cessation de fonctionnement de ReDéMaRe. En conséquence, le bien-être des adhérents s’est amélioré durant la période de fonctionnement du réseau et s’est détérioré après la fermeture du système », disent les chercheurs, qui appuient leurs affirmations par des données chiffrées. A titre d’illustrations, la dépense moyenne mensuelle des enquêtés est passée de 75 813 Fcfa avant leur adhésion à 94 825 Fcfa durant la période où ils bénéficiaient des services de ReDéMaRe, avant de chuter à 77 156 Fcfa après la fermeture ; les enquêtés prenaient 2,34 repas par jour avant leur inscription, 3 durant l’adhésion à la société et 2,19 après sa mise sous scellés. Plus parlant, l’indicateur de la pauvreté alimentaire est passé de 0,63 avant l’adhésion, à 0,53 durant l’adhésion pour remonter à 0,68 après la fermeture.

ReDéMaRe est-il un genre de système Ponzi ? Non, répondent les chercheurs, du fait que dans le Ponzi, c’est exclusivement avec les dépôts des adhérents suivants que les premiers sont remboursés, et il y a problème lorsque la chaîne d’adhésion est rompue, alors que le système de Sama Essohamlon donne large place à l’investissement et à la production et les profits générés sont partagés entre ses membres. La comparaison entre les deux systèmes s’arrête au taux de « rendement» élevé, indiquent-ils. ReDéMaRe diffère donc par la « dynamique de production » qui le caractérise. Quant à l’origine de ses sources de revenus qui servent au remboursement pérenne des adhérents, les experts ont indiqué que la structure fait énormément dans l’intermédiation, avec des exemples à l’appui.

ReDéMaRe a même été comparé à d’autres systèmes d’économie sociale de marché commun déjà acceptés, comme le « Cash Transfer » de l’Unicef, le système de retraites par répartition, puis par capitalisation, et des similitudes ont été trouvées entre eux.

« Le système ReDéMaRe est viable dans le temps tant que le système d’investissement, de production, de commercialisation et de consommation est fonctionnel », a conclu Dr Koffi Soddokin qui présentait le rapport de l’étude au nom du trio de recherche. Pour lui, ReDéMaRe a même rendu service à l’Etat en montrant la « capacité de mobilisation interne des ressources au Togo », et de recommander que le gouvernement planche sur cette piste pour financer le développement de notre pays.

A titre de rappel, les fonds mobilisés par la structure en deux ans d’existence se chiffrent à 18,5 milliards Fcfa et représentent 1,3 % du Produit intérieur brut (PIB). Les conclusions de cette étude, somme toute séduisantes, balaient du revers de la main les allégations d’escroquerie et tous les autres griefs qui ont été portés contre M. Sama Essohamlon. Ce qui a davantage peint l’homme comme victime d’un acharnement des gouvernants et a du coup augmenté son estime auprès de l’auditoire. Le président de la Ligue togolaise des droits de l’Homme (Ltdh), Me Raphaël Kpande-Adzaré, présent à la présentation du rapport ne s’est pas empêché de lui envoyer des dithyrambes, parlant d’un « génie » qui a mis en place un produit pour sauver ses compatriotes de la misère et leur redonner vie. « Le mensonge a beau se lever tôt, la vérité finit toujours par le rattraper », a-t-il déclamé, la voix remplie d’émotion, faisant ainsi allusion à la version servie par les gouvernants pour coffrer le bonhomme.

Les conclusions de cette étude vont-elles faire revenir l’Etat à la raison et entraîner l’élargissement de M. Sama Essohamlon ? C’est le wait and see.

Tino Kossi  Liberte Hebdo

LynxTogo

Top Desktop version