Togo: De quoi est mort au juste Gnassingbé Eyadema ?

Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 
Les circonstances du décès toujours floues, la fratrie Gnassingbé à couteaux tirés, la gouvernance restée intacte…5 février 2013, cela fait huit (08) ans que l’auteur du coup d’Etat ayant renversé le père de l’indépendance et premier président post indépendance du Togo, Gnassingbé Eyadema disparaissait. Ce n’est pas de ces événements intéressants dont il est nécessaire de se souvenir. Le concerné ne fait d’ailleurs pas partie de ces grands hommes qui ont laissé une empreinte positive dans l’Histoire. Il a confisqué à lui tout seul le pouvoir durant trente-huit (38) bonnes années, embrigadant ainsi le sort de tout un peuple, avant de s’en aller. Une telle disparition était synonyme d’un nouveau départ pour le Togo. Mais quelle est la situation huit ans après ?

Omerta sur les causes du trépas

De quoi est mort au juste Gnassingbé Eyadema ? Cette question, beaucoup de Togolais se la sont posée à l’époque, lorsque le décès de celui qui a été à la source de leurs malheurs durant 38 ans, fut annoncé. Mais la question reste toujours d’actualité. Un communiqué officiel avait fait état de ce que l’homme avait rendu l’âme lors de « son évacuation vers l’Europe », à la suite d’une crise cardiaque (sic). Rien de plus. Qu’est-ce qui diantre était à l’origine de la crise cardiaque ? Un accident ? Le second accès de dysenterie de sa vie ?...Les Togolais n’en savent rien jusqu’à présent. Officiellement aucune précision ultérieure n’a été donnée. Et c’est tout un mystère qui a entouré les obsèques. A Lomé le 13 mars au Palais des congrès, c’est juste un cercueil recouvert du drapeau national placé sur une estrade dans une grande salle remplie de photos du défunt que les populations ont vu. Pas de chapelle ardente pour leur permettre de voir le corps de leur président bien-aimé sic). Tout s’est déroulé dans une intimité totale, et les cérémonies n’étaient ouvertes qu’aux initiés.

L’absence de communication du côté des officiels et le secret qui a entouré les obsèques ont ouvert la voie aux supputations. Beaucoup de Togolais étaient convaincus qu’on leur cachait quelque chose sur la mort du « Baobab » ; certains ont même raconté que le « Vieux » aurait été poussé dans de l’eau chaude dans sa baignoire. Un leader d’opinion, à l’époque proche de l’homme mais aujourd’hui très actif dans l’opposition, a laissé entendre au cours d’une émission que l’homme n’était pas mort de sa propre mort, et pris à témoin le Prince de la République. Jusqu’à présent, les circonstances de la mort d’Eyadema restent floues.

Une succession en lambeaux

Union sacrée, c’est ainsi qu’était qualifiée l’entente parfaite dont avait fait preuve la progéniture d’Eyadema lors de sa succession. Les envies avaient créé un peu de frictions et les égos avaient parlé un moment. Kpatcha qui lorgnait aussi le fauteuil, ne voulait pas laisser passer l’occasion. Mais l’union s’est très vite faite pour sauver le tout premier héritage et le garder dans le giron familial, et ce dernier s’éclipsa au profit de Faure qui, selon les informations, était désigné par son père pour lui succéder. Les deux frères rivaux se sont sans doute rappelé ce conseil de leur géniteur : « Si vous laissez le pouvoir vous échapper, vous ne le retrouvez plus jamais ». C’est donc tout unie que la famille a choisi le successeur, et c’était Faure l’heureux élu. La honteuse cérémonie d’allégeance du quarteron d’officiers dont l’un, le Général Assani Tidjani a été récemment tué (sic) par son protégé, s’était déroulée le 5 février 2005 avec l’aval et en présence de Kpatcha. Une sorte de bénédiction donc pour Faure.

Mais cette belle époque n’est aujourd’hui qu’un lointain souvenir. Très vite, les divergences ont commencé à se faire jour et les vieilles envies sont ressuscitées. Kpatcha qui était presqu’un Vice-président, fut débarqué du gouvernement en 2007. C’était le début de la fin. Deux ans plus tard, on trouva de quoi l’accuser pour le neutraliser : tentative de coup d’Etat. Dans la nuit du 12 avril 2009, une mission commando conduite par le beau-frère de la famille, Félix Abalo Kadanga fut envoyée pour le tuer. Mais il fut sauvé par l’intervention in extrémis de son demi-frère Rock Gnassingbé, à l’époque au commandement du Régiment blindé de reconnaissance et d’appui (Rbra). Néanmoins, il sera appréhendé 72 heures plus tard, privé de liberté, puis détenu depuis septembre 2011 à la prison civile de Lomé. Quant à Rock, il paiera son culot par son débarquement du Rbra et la perte de la présidence de la Fédération togolaise de football (Ftf). La vengeance du Prince étant implacable, il est humilié et renvoyé sur les bancs de l’école militaire des officiers supérieurs de Pya.

Dans cette affaire Kpatcha, Faure s’est mis à dos toute la famille qui n’approuve pas le traitement réservé à son demi-frère. D’autres membres de la grande fratrie sont aussi emprisonnés. Très vite, des différends naîtront jour autour de l’héritage familial. Le plus « Faure » est accusé de vouloir tout garder pour lui tout seul. Ce qui était jusque-là rumeur, a été révélé par Rock au cours du procès dans le dossier d’atteinte à la sûreté de l’Etat. C’est Tina, leur sœur ainée qui est venue confirmer, et elle n’a pas échappé au fouet de Faure. Elle est simplement expulsée d’une des résidences togolo-familiales qu’elle occupait à Paris, et en plein hiver. Aujourd’hui la famille est tellement divisée, ou plutôt le Prince se l’est tant mise à dos qu’il suspecte tout le monde. Le dernier à subir cette paranoïa est le frère jumeau de Kpatcha, Toyi dont le domicile a été perquisitionné le samedi 2 février dernier. Aujourd’hui dans la famille, le Prince est seul contre tous, et il voit le diable partout. La famille n’existe que de nom, les rejetons se regardant en chiens de faïence.

Le roi est mort, vive le roi !

La mort d’Eyadema avait été conçue comme un nouveau départ pour les Togolais dont le sort a été embrigadé par 38 ans de régence. Même s’ils abhorraient la façon dont il était monté au trône, les Togolais avaient un brin espéré que Faure Gnassingbé pouvait gouverner autrement que son défunt père. A raison, car lui, il a été à l’école. L’intéressé même leur a mis de l’eau à la bouche, en se faisant passer pour un « Esprit nouveau », désavouant presque la gouvernance de son géniteur par sa célèbre phrase : « Lui c’est lui, moi c’est moi ». Mais de toute vraisemblance, c’était juste un effet d’annonce. Après huit ans de gérance, les populations peinent à faire la différence entre Faure et Eyadema. Les méthodes de gouvernance sont restées les mêmes.

Le pouvoir politique est toujours détenu par l’armée. La navigation à vue et les mêmes pratiques de perpétuation au pouvoir restent de vigueur. Le hold-up électoral, Faure en a usé en avril 2005, avec une bonne dose de violence à l’appui qui a coûté la vie un millier de compatriotes. Mars 2010 n’a pas échappé à la règle. La démocratie, il veut la faire sans l’opposition. On ressuscite les vieilles méthodes pour coincer les opposants et les empêcher de jouer leur rôle et participer aux échéances électorales. C’est le cas avec l’affaire des incendies. La réconciliation chantée n’est qu’un vœu pieu, les Togolais restent aussi divisés qu’à l’époque. La gouvernance économique n’est pas meilleure qu’avant février 2005. Les ressources nationales sont accaparées par une minorité. Et Faure Gnassingbé même l’a tout récemment reconnu. Des cossus, il y en avait à l’époque d’Eyadema, mais ils se comptaient au bout des doigts. Aujourd’hui, sous le Fils, les milliardaires ont pignon sur rue, et ils affichent de façon ostentatoire leur richesse. La corruption n’a pas régressé. Tout cela se passe sous l’expert financier (sic), formé dans les grandes écoles occidentales. « Ce qui a changé depuis 2005, c’est le prénom de celui qui dirige le pays », a résumé un compatriote, comparant les deux époques. En clair, c’est tout comme si Eyadema n’était pas mort, les pratiques n’ayant pas changé.

Tino Kossi

 

Commentaires
Ajouter un nouveau
zobibi  - CAMIKASE   |2013-02-10 04:02:10
FAURE EST PARTI AU CAIRE POUR DEMANDER CAMIKASE POUR L'OPPOSIONNO FRAC CST PUBLIER CE LA AU PEUPLE TOGOLAIS
DU N,AU S, E W LE PLU TOT POSSIBLE LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS PEUPLE TOGOLAIS REVEILLER VOUS FAURE EST PARTI AU CAIRE POUR DEMANDER DES INFORMATION SURE SURE TRES SURE
PAUL  - 5 FEVRIER 05, une léçon de vie   |2013-02-10 12:11:19
J'étais encore à KARA ce 05 Février quand un agent secret du pouvoir m'invita par téléphone à son domicile et m'annonça la "grande catastrophe nationale" avant que la nouvelle ne se répande comme une trainée de poudre au journal de 20h sur la télé bidon gnationale.Voici ce que j'avais dit ce soir-là à cette taupe du pouvoir: "J'espère que les togolais vont saisir cette opportunité pour une vraie alternance au TOGO". Plu de 08 ans après, quel gâchis pour ce petit pays aux Homme courageux, travailleurs et aux ressources énormes. L’indépendance est devenue une cage d’où on nous regarde du dehors pour reprendre les paroles sacrées de PATRICE LUMUMBA.....
PAUL  - SUITE   |2013-02-10 12:55:17
...Qu'avons nous fait en tant qu'acteurs politiques et militaires toutes tendances confondues, si ce n'est creuser davantage l'abime, aggraver la tristesse et la misère des togolais?
Trois(03)importants éléments caractérisent la classe politique togolaise:
1-Aucun sens du sacrifice suprême: le pouvoir prêt à livrer toutes les richesses du pays aux prédateurs juste pour conserver le pouvoir et l’Opposition prête à se trahir pour quelques CFA JUDAS.
2-Aucun sens de la nation surtout le pouvoir qui est prêt à martyriser et tuer les ressortissants du nord qui ne cèdent pas à leurs chantages et menaces.

3-La violence, la répression comme modes de gouvernance du pouvoir, pendant ce temps les Leaders de l'opposition (s'il y en a) se contentent des marches et protestations tout en comptant sur ceux-là mêmes qui soutiennent ce pouvoir à venir les aider.
CHERS OPPOSANTS, dite-nous, qui n'avons pas"beaucoup fréquenté",en quoi la Démocratie ou la Polyarchie(gouvernement par le plus grand nombre)arrange les occidentaux quand les richesses seront redistribuées entre tous les citoyens, que vont-ils ramasser? COME ON, IT IS A QUESTION OF COMMON SENS

PAUL  - SUITE   |2013-02-10 13:14:46
.....Que nos opposants nous dise (nous qui n'avons pas beaucoup fréquenté)en quoi la Démocratie ou la polycharchie(gouvernement du plus grand nombre)arrange les occidentaux? quand il y aura démocratie et Droits de l'Homme et nos richesses seront reparties entre nous et les "BLANCO" ne pourront plus ramasser ce qu'ils veulent, cher nègres d'opposants, vous pensez que c'est ça qui arrange les donneurs de leçons de démocratie? COME ON, IT IS A QUESTION OF COMMON SENS. Attendez bien, quand les mêmes "BLANCO" donneront les moyens à l'enfant de SABINE,il va vous exterminer l'un après l'autre, et d'ailleurs ce sera un bon débarras pour créer une nouvelle classe politique capable de consentir des sacrifices suprêmes.
SALAM  - A l'ANC on s'entredéchire déjà pour les élection   |2013-02-10 15:43:20
Vives bagarres au sein de l’ANC pour le choix des représentants aux prochaines élections législatives et local.
Depuis que les choses sérieuses ont commencé à la Commission Electorale Nationale Indépendante qui s’apprête à exécuter l’une des plus importantes phases du processus électoral qu’est le recensement, les états majors des partis politiques s’activent à résoudre la difficile question de représentant aux futures échéances électorales.
Même au sein de l’ANC, parti politique qui jusque là boudait ces élections, il y a depuis quelques temps des tensions au sein des instances dirigeantes du parti quand au choix des personnes à représenter le parti lors des ces élections.
PAUL  - A ZOBIBI   |2013-02-11 09:31:02
Merci ZOBIBI de nous avoir alerté sur la possible utilisation de KAMIKAZE par le pouvoir FAURE contre le FRAC et le CST.Si l'opposition ne peut pas le faire, le pouvoir lui le peut. Ce qui est certain c'est que ce ne seront pas tous les membres qui seront visés car il y a les espions infiltrés qui seront épargnés. Même les bagarres au sein de l'ANC pour les législatives sont organisées par le pouvoir à travers ses agents provocateurs que l'ANC n'a jamais réussi à déceler ou n'en veut pas et c'est tant pis pour nous tous. PAUVRES OPPOSANTS CARRIÉRISTES.S'agissant de la cause réelle du décès du timonier national, pourquoi on en fait un secret d’État si ce n'est pas un assassinat qui profite à quelqu'un?
FLECHE   |2013-02-11 13:56:07
SALAM et alors quoi d'anormal?les tensions ne veulent pas dire qu'il y a une grave crise au sein de l'ANC. Quoi de plus normal de choisir de vrais représentants; pas des moutons comme ceux que nous avons en ce moment à cette chose qui s'appelle assemblée. Oui à la tension pour choisir de vrais représentants,oui à la tension pour des hommes et femmes dignes d'être des porte paroles des populations.
KIMPORTE   |2013-02-11 17:07:14
Que nous importe de savoir comment il est mort! C'est plutôt les Togolais qui sont morts, bien qu'il fassent semblant d'être vivants!
Anonyme   |2013-05-30 20:31:25
De quoi est mort au juste Gnassingbé Eyadema ? Cette question, beaucoup de Togolais se la sont posée à l’époque, lorsque le décès de celui qui a été à la source de leurs malheurs durant 38 ans, fut annoncé. Mais la question reste toujours d’actualité. Un communiqué officiel avait fait état de ce que l’homme avait rendu l’âme lors de « son évacuation vers l’Europe », à la suite d’une crise cardiaque (sic). Rien de plus. Qu’est-ce qui diantre était à l’origine de la crise cardiaque ? Un accident ? Le second accès de dysenterie de sa vie ?...Les Togolais n’en savent rien jusqu’à présent. Officiellement aucune précision ultérieure n’a été donnée. Et c’est tout un mystère qui a entouré les obsèques. A Lomé le 13 mars au Palais des congrès, c’est juste un cercueil recouvert du drapeau national placé sur une estrade dans une grande salle remplie de photos du défunt que les populations ont vu. Pas de chapelle ardente pour leur permettre de voir le corps de leur président bien-aimé sic). Tout s’est déroulé dans une intimité totale, et les cérémonies n’étaient ouvertes qu’aux initiés.

L’absence de communication du côté des officiels et le secret qui a entouré les obsèques ont ouvert la voie aux supputations. Beaucoup de Togolais étaient convaincus qu’on leur cachait quelque chose sur la mort du « Baobab » ; certains ont même raconté que le « Vieux » aurait été poussé dans de l’eau chaude dans sa baignoire. Un leader d’opinion, à l’époque proche de l’homme mais aujourd’hui très actif dans l’opposition, a laissé entendre au cours d’une émission que l’homme n’était pas mort de sa propre mort, et pris à témoin le Prince de la République. Jusqu’à présent, les circonstances de la mort d’Eyadema restent floues.
Onougbo  - Cote d,Ivoire   |2013-07-11 18:23:46
pour moi je vois pas de difference entre la politique de OUATTARA et celui de GBAGBO. Mais dites moi si Mr OUATTARA lui n,est pas venu par un coup de force pour le pouvoir ivoirien.
Jefferson  - Le secret véritable de la disparution du Présiden   |2013-12-26 03:28:18
Première partie :

Beaucoup d'entre vous s'etonneront de lire ce petit récit et d'apprendre cette vérité que j'ai attendu si longtemps avant de dévoiler au pleuple Togolais car j'estime que cette vérité doit être dévoilée après tant d'd'années connues seulement pour un firmament du clan Gnassingbe ( notamment par la flartrie des 2 fils du régent Faure et Kpatcha. Le président Gnassingbė n'est pas mort de crise cardiaque, ni de dysenterie, ni de quoi que cela. Cela va vous paraitre bizarre pourquoi avoir attendu tant d'années pour dire la vérité au peuple Togolais.La confiance n'y etant pas
Il s'agissait plutôt d'un coup d' état militaire civil et familiale de deux frères assoiffés de pouvoir qui voulaient renverser leur père devenu trop vieux ( maladie, qui l'avait rendu presque aveugle et les deux frères ayant compris qu'ils pouvaient se saisir de cette opportunité pour renverser leur père mais d'une autre manière sans effusion de sang, ni l'intervention de l' armée pour jouer ce rôle. Kpatcha était l'un des fils de Gnassingbė qui ne s'entendait guère avec son père, tandisque le petit Faure était casiment le bras droit de son père depuis les années 1990, à qui le père cherchait parmi tous ses enfants lequels d'entre eux seraient capables de le succeder. Car Gnassingbė croyait gouverner un royaume qui était notre chęre Togo ( Le Royaume du Togo).
Cette histoire véridique nous sommes à peu près un nombre derisoire à la connaitre à part les deux fils assoiffés de pouvoir et quelques vieux barons du regime d'époque qui bien sûre ayant été informé de la situation une fois que l'erreur avait été commise, nos deux larbins ayant eu peur ne sachant quoi faire une fois leur forfait commise avait recours au président Chirac qui leur dicta un plan machiavélique ( le coup de l'avion se rendrait en France pour des soins or que l'appareil ne transportait presque personne à part l-l'équipage et quelques volontaires mal affamés ne sachant même pas ce qui se preparait.
En ce moment le président Gnassingbe etant un peu faible savait qu' il ne lui restait plus beaucoup de temps à vivre suite à plusieurs opérations subies en Israël, au Maroc et en Chine pour respecter son âme il y a certaines choses que je ne pourrais vous révéler dans ce récit car il y va de la vie de ma famille, de mes proches et de mes amis en jeu. Bon nombre d'entre vous attendent de connaitre la vraie vérité sur la disparition du feu Gnassingbe et quoi je je dirais dans ce récit je ne saurais citer des noms des proches qui sont dans le colimateur de l'actuel gouvernement dont je ne veux en aucun mettre leurs vies en péril et leurs vies de famille en danger car je leur ai promis de ne divulguer aucun nom si l'histoire me le permettait selon la constitution qu'il faut attendre les fameuses 50 ans pour avoir accès aux archives pour decouvrir cette horreur du 3 au 5 Mars 2005, dans des circonstances abominables dans le palais présidentiel de Lomé II.Lorsqu'on dit que le sergent Eyadema a renversé Olympio, c'est tout faux.Je ne vais pas revenir sur cette histoire car je pense que bon nombres de Togolais en sont conscients et je ne vais pas remuer une plaie qui ne s'est toujours pas cicatrisée jusqu'aujourd'hui dans la famille Olympio.

Qui sont les commanditaires de ce fameux reglement de compte du 3 au 5 mars 2005 ?

Tout d'abord il eut le complot de Kpatcha et de Faure qui avaient en rage d' éliminer leur père et cela étant du moins irréalisable sauf une complicité internes dans les deux camps celui du père et de ses deux fanfarons qui à mon avis ni l'un ni l'autre n'avait aucune connaissance et stratégies militaires pour renverser leur père c'est alors que le petit vieux malin Kpatcha qui ne s'entendait presque pas avec son père eut l'idée formidable d'en parler à son petit et demi-frère Faure qui à une une hésitation avant d'accepter.. malencontreusement il y avait 2 personnes dans l' entourage des deux frères qui alla vendre la mèche au vieux EGE.

Je vais vous révéler un secret que peu de Togolais ignorent car EGE était très malin et ruisė.En 38 ans de pouvoir EGE avait mis en place l'un des systèmes de renseignements généraux et d' espionnage en Afrique les mieux stucturės surtout au Togo dans les années 1970 ou il envoya quelques privilégiés en Russie et en Chine pour se perfectionner dans tous les domaines de surveillance des opposants ( filtrage des écoutes téléphoniques, tortures démantèlement de tous réseaux d'opposants comment torturer des individus, les faires disparaitre definitivement de la circulation et c' était le cas des années 1970- 1980 à 1990.Souvenez vous de cette conférence nationale qui se déroulait au palais des congrès avec une harmonieuse réplique inattendue que EGE devait abdiquer tout était fait mais l'homme africain ayant la soif d'argent, et de salir son prochain dans le même camp des opposant allaient tout raconter au president EGE dans son palais presidentiel de Lomé II,en contrepartie d'échanges d'enveloppe de quelques millions pour assouvir leurs soifs de trahison je vous l'avoue EGE était aneanti et devrait dans les instants à venir donner sa demission et quitter le pouvoir, mais le sort en a voulu autrement malgré tous ces types assoiffés d'argent alla rapporter à EGE, EN COMPENSATION DE QUELQUES Millions DE Fcfa, beaucoup et bon nombre de ses opposants dont je ne citerais les noms vous les verrez dans mon livre qui vivent paisiblement encore d'autres sont en cavale apparaîtra en 2014 soit un an avant les élections présidentielles en 2015 qui s'intitulera " L' Après EGE, Pouvoirs, Anarchies , Drogue, assassinats et argent et sexe " ( PADAA ).
Deuxième partie à suivre ....!
Anonyme   |2014-02-27 19:55:15
je ne peu jamain croir que cela etai ainsi
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Titre:
 

!joomlacomment 4.0 Copyright (C) 2009 Compojoom.com . All rights reserved."

Duékué : Le Génocide

Libérez Gbagbo

Shlomit l'Africaine

Suivez Komlan Kpogli

Gbagbo Magistral

Kamaka. Rendez-vous 19.4.2014 !

La TV italienne expose Ouatara & la France

Kuma NDumbe

Jean Paul Pougala : China

Laurent Gbagbo

Jean Paul Pougala

CI : Le ganstérisme

No More Victims

Lynx Vidéos




 

Le micro du Lynx

mp3 flash player by undesign website design brisbane.

Publicité